Representación Permanente ante las Naciones Unidas

Asamblea General

Datos de contacto

Discursos

La Misión Permanente

Relaciones Comerciales

Temas en los que trabaja

10 de junio: Día de la afirmación de los derechos argentinos sobre las Islas Malvinas, Georgias del Sur y Sandwich del Sur, y los espacios marítimos circundantes

Este 10 de junio de 2020 el gobierno y el pueblo de la República Argentina conmemoran el 191er aniversario de la creación de la Comandancia Política y Militar de las Islas Malvinas y las adyacentes al Cabo de Hornos por parte del Gobierno de la provincia de Buenos Aires.

Desde los albores mismos de la Patria, en su condición de heredera de los territorios españoles en el Atlántico Sur, la Argentina ejerció de manera permanente sus derechos sobre las islas allí ubicadas y procedió al dictado de normas y al establecimiento de las estructuras jurídicas y administrativas que consolidaron el ejercicio pleno de su soberanía, incluyendo el fomento al desarrollo de actividades comerciales y el establecimiento de población. Un significativo hito en la historia de la soberanía argentina sobre las Islas del Atlántico Sur fue el primer izamiento de la bandera argentina en las Islas Malvinas, cuyo bicentenario conmemoraremos el próximo 6 de noviembre. En 1829, culminando el proceso, se creó la estructura de gobierno que hoy recordamos, designando al frente a D.  Luis Vernet.

Sin embargo, el 3 de enero de 1833 dicho ejercicio efectivo de la soberanía fue interrumpido mediante un acto de fuerza por el Reino Unido, que expulsó a las autoridades argentinas y a los pobladores de las Islas Malvinas. Mediante esta usurpación, se quebró la integridad territorial de la Patria, una situación que ningún gobierno argentino ha consentido en más de 187 años de historia.

A partir de entonces, subsiste una disputa de soberanía entre la República Argentina y el Reino Unido, tal como fuera reconocido por la Asamblea General de las Naciones Unidas mediante la Resolución 2065 (XX). En cumplimiento de ésta, desde 1966 y durante 16 años, ambos países llevaron a cabo negociaciones para alcanzar una solución a la disputa de soberanía. Pese a las innumerables invitaciones de la Argentina y a la exhortación de las Naciones Unidas, el Reino Unido se niega de manera sistemática a retomar las negociaciones de soberanía.

La necesidad de reanudar las negociaciones bilaterales a la brevedad posible ha sido reiterada por   10 resoluciones de la Asamblea General, y 37 resoluciones del Comité Especial de Descolonización de la ONU y por la comunidad internacional en numerosas declaraciones de foros multilaterales tales como la OEA, el G77 más China, la Cumbre Iberoamericana, la CELAC, el MERCOSUR, el PARLASUR, el Foro de Cooperación América del Sur-África (ASA) y la Cumbre Países Árabes - Sudamérica (ASPA).

La recuperación del ejercicio pleno de nuestra soberanía sobre los territorios insulares y espacios marítimos ocupados, respetando el modo de vida de sus habitantes, y de conformidad con el Derecho Internacional, constituye un objetivo permanente e irrenunciable de todos los argentinos, tal como lo establece la Cláusula Transitoria Primera de nuestra Constitución Nacional.

En tal sentido, en su discurso de asunción frente a la Asamblea Legislativa, el Presidente Alberto Fernández afirmó que "no hay más lugar para colonialismos en el Siglo XXI" y planteó que para la democracia argentina no existe otro camino que el de la diplomacia y la paz para hacer valer su demanda.

El gobierno de la República Argentina está abocado al diseño y la implementación de políticas de Estado para la consecución de ese objetivo permanente e irrenunciable del pueblo argentino. Dichas acciones deben estar orientadas al mediano y largo plazo para que puedan perdurar más allá de los cambios de gobierno y sirvan mejor a los intereses permanentes de la Patria, en el marco de la pluralidad y la riqueza que caracterizan a nuestra democracia. A tal efecto, el gobierno argentino continúa trabajando para consolidar el apoyo de la comunidad internacional en la Cuestión de las Islas Malvinas y defender de manera inclaudicable sus derechos soberanos en el Atlántico Sur. Las ilegítimas actividades de exploración y explotación de recursos naturales y la desproporcionada e injustificada presencia militar británica en el Atlántico Sur son acciones contrarias a la resolución 31/49 de la Asamblea General de Naciones Unidas, que insta a las partes a abstenerse de introducir modificaciones unilaterales en la situación mientras se encuentre pendiente la disputa de soberanía.

Las acciones tendientes a afirmar los derechos argentinos sobre los archipiélagos del Atlántico Sur y los espacios marítimos circundantes parten de la sincera y profunda convicción de que éstas deben ser llevadas a cabo de manera pacífica, evitando la militarización del Atlántico Sur, y guiadas por valores humanitarios universales.

La República Argentina reitera una vez más su derecho inalienable sobre las Islas Malvinas, Georgias del Sur y Sandwich del Sur y los espacios marítimos circundantes, así como su firme disposición a reanudar a la brevedad las negociaciones de soberanía con el Reino Unido para dar una solución definitiva a esta situación colonial.

Buenos Aires, 10 de junio 2021

 

(a continuación versión francés)

10 juin : Journée de la réaffirmation des droits argentins sur les Îles Malvinas, Géorgies du Sud et Sandwich du Sud ainsi que sur les espaces maritimes environnants"

Ce 10 juin 2021 le Gouvernement ainsi que le peuple de la République argentine commémorent le 192ème anniversaire de la création du Commandement politique et militaire des Îles Malvinas et les îles adjacentes au cap Horn par le Gouvernement de la province de Buenos Aires.

Dès le début du processus d'émancipation en 1810, en tant qu'héritière des territoires espagnols de l'Atlantique Sud, l'Argentine exerce en permanence ses droits sur les archipels australs qui s'y trouvent. Depuis 1767, la juridiction espagnole avait été exercée sans interruption par une succession de 32 gouverneurs résidant sur les îles et relevant de Buenos Aires, jusqu’en 1811 lorsque l’Espagne a retiré la garnison (tout en laissant des signes de possession) dans le cadre de la guerre de l’indépendance du Río de la Plata.

En 1820 a eu lieu le premier hissage du drapeau argentin sur les îles Malvinas, dont le bicentenaire a été commémoré le dernier 6 novembre. Le gouvernement argentin a également établi des normes et des structures juridiques et administratives qui ont consolidé le plein exercice de sa souveraineté, y compris la promotion du développement des activités commerciales et l'établissement d'une population. 

Un jalon du processus de consolidation de l'exercice de la souveraineté argentine sur les îles de l'Atlantique Sud a été la promulgation du décret signé par le gouverneur de la province de Buenos Aires, Martín Rodríguez, le 10 juin 1829, créant la structure gouvernementale que nous connaissons, à la tête de laquelle a été désigné M. Luis Vernet, qui s'est installé sur les îles et y a exercé publiquement son autorité et sa juridiction, et établissant que « les îles Malvinas et celles adjacentes au cap Horn sur la mer Atlantique seraient gouvernées par un Commandant politique et militaire désigné immédiatement par le Gouvernement de la République".

Toutefois, le 3 janvier 1833, ledit exercice effectif de la souveraineté s’est vu interrompu par un acte illégal du Royaume-Uni, qui a occupé les îles de manière illégale et a chassé les autorités argentines légitimes y installées ainsi que la population existante. Cette usurpation a ainsi porté atteinte à l’intégrité territoriale de la Patrie, une situation qu’aucun Gouvernement argentin n’a jamais consenti au long de plus de 188 ans d’histoire.

Depuis lors, il subsiste un différend sur la souveraineté entre la République Argentine et le Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, reconnu par l’Assemblée générale de Nations unies en vertu de la résolution 2065 (XX) adoptée en 1965.

Conformément à la Résolution susmentionnée, depuis 1966 et pendant 16 ans, les deux pays ont mené des négociations pour trouver une solution au différend de souveraineté.

Cependant, malgré les innombrables invitations de l'Argentine et l'exhortation des Nations Unies, le Royaume-Uni refuse systématiquement de reprendre les négociations de souveraineté.

À la fois, la communauté internationale a réitéré le besoin de reprendre les négociations bilatérales dans les plus brefs délais, ce qui a été consigné par 10 résolutions de l'Assemblée générale et par 38 résolutions du Comité spécial des Nations Unies sur la décolonisation et dans de nombreuses déclarations d'instances régionales et multilatérales. telles que l'OEA, le G77 plus la Chine, le MERCOSUR, le Sommet ibéro-américain, la CELAC, le SICA, le PARLASUR, le PARLACEN, le Forum de coopération Amérique du Sud-Afrique (ASA) et le Sommet amérique du sud- pays arabes (ASPA).


 Le refus de se conformer à l'obligation de reprendre les négociations de souveraineté est aggravé par l'introduction continue d'actes unilatéraux par le Royaume-Uni.


 Ces actions comprennent l'exploration et l'exploitation des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables - ce que l'Argentine a toujours rejeté.


De même, le Royaume-Uni maintient une présence militaire injustifiée et disproportionnée sur les îles et y effectue régulièrement des manœuvres et des exercices contres lesquels l'Argentine a vigoureusement protestés et qui vont à l’encontre des appels des nombreuses résolutions des Nations unies et d'autres organismes internationaux.


Tous ces actes sont contraires à la résolution 31/49 de l'Assemblée générale des Nations unies et ont suscité des expressions de souci et de rejet de la part de la communauté internationale. Plus particulièrement, la présence militaire est contraire à la Résolution 41/11 de l’Assemblée générale (Zone de paix et de coopération de l’Atlantique sud) qui, entre autres dispositions, exhorte les États de toutes les autres régions, notamment les États importants du point de vue militaire, à respecter scrupuleusement la région de l’Atlantique sud en tant que zone de paix et de coopération, plus particulièrement à travers la réduction et éventuelle élimination de leur présence militaire dans ladite région.

La récupération du plein exercice de notre souveraineté sur les Îles Malvinas, Géorgies du Sud, Sandwich du Sud et les espaces maritimes et insulaires correspondants, conformément aux principes du droit international et tout en respectant le mode de vie de leurs habitants est un objectif permanent et imprescriptible du peuple argentin, tel qu’il est établi par la première clause transitoire de notre Constitution nationale.

En ce sens, le gouvernement de la République argentine est consacré à la conception et à la mise en œuvre de politiques de l'État pour atteindre cet objectif.

C’est ainsi qu’en réaffirmant les droits légitimes de souveraineté au cours de l'année 2020, le Parlement argentin a adopté à l'unanimité trois lois qui renforcent le travail pour la revendication argentine.

En premier lieu, a été créé le Conseil national des affaires relatives aux Îles Malvinas, Géorgies du Sud et Sandwich du Sud et les espaces maritimes environnants dans le but de constituer un espace pluriel au plus haut niveau institutionnel afin de concevoir des stratégies d’État à moyen et à long terme.

En même temps, le Gouvernement argentin continue de redoubler d'efforts, toujours par des moyens pacifiques, la diplomatie et le respect du droit international, pour consolider l'appui de la communauté internationale à la Question des îles Malvinas et parvenir à ce qu’un consensus, par le biais d’organismes multilatéraux, crée les conditions pour que le Royaume-Uni reprenne les négociations bilatérales sur la souveraineté dans les termes proposés par les Nations unies dans la Résolution 2065 (XX) de l'Assemblée générale et une pluralité de résolutions de diverses organisations et forums internationaux.

La République argentine réaffirme encore une fois sa souveraineté sur les Îles Malvinas, Géorgies du Sud et Sandwich du Sud ainsi que sur les espaces maritimes environnants, qui font partie intégrale de son territoire national, ainsi que sa pleine disposition à reprendre dans les plus brefs délais les négociations de souveraineté avec le Royaume-Uni dans le but de trouver une solution définitive à cette situation coloniale.

Buenos Aires, le 10 juin 2021


 

agencia argentina de inversiones y comercio internacional

Fondo argentino de cooperación sur-sur y triangular